Comment apprendre le français : Un mystère résolu !

comment-apprendre-le-francais

Apprendre le français :

Il est certain qu’apprendre le français ou une langue nouvelle a toujours une part de difficulté quand bien même elle semblerait accessible et facile au premier coup d’œil. Cependant, j’estime avec ardeur que l’apprentissage de la langue française peut être effectivement faisable et même assez concluant si on procède au travail de manière logique et intelligente. On juge souvent le français comme étant une des langues les plus compliquées, dotée de règles et d’une richesse de vocabulaire pour le moins dures à gérer. Mais si la volonté guide vos envies, et que ces dernières sont pures et honnêtes, vous aurez cette facilité innée afin de maîtriser la langue. Le tout reposant, dans un sens, sur votre manière d’appréhender les informations, votre sens de mémorisation comme votre assiduité et travail continu durant votre formation linguistique. Mais enfin, il existe tout de même des conseils que je vais vous communiquer brièvement dans ce guide spécialement créé par francisation, sans lesquels vous ne pourrez avancer dans votre apprentissage.

[ad123]

• Connaître les règles par cœur :

Car oui, il y a quand même des notions fixes en langue française qu’il faudra retenir au fil des cours. Et ce cas concerne principalement la conjugaison qu’il faudra maîtriser de manière correcte avant de passer à la suite. Ainsi, il vous faudra suivre des leçons sur Internet ou alors simplement en vous procurant des guides complets disponibles dans vos librairies. Le cours est le berceau de l’apprentissage, il faudrait qu’il soit réalisé de manière juste et efficace. Vous devrez mémoriser les convenances linguistiques et vous familiariser avec les exemples proposés durant le cours. Mais aussi, vous devrez faire preuve de concentration afin de noter ce qu’il faut retenir, ce que vous n’avez pas assimilé comme ce que le cours n’aborde pas pour consulter d’autres leçons connexes. Car les leçons de français ont toutes un rapport commun, il faudra déterrer ce rapport afin de saisir la totalité de la chose. Dès lors, Francisation vous propose des leçons gratuitement via des applications Android, qui vous permettront d’apprendre des expressions françaises et de saisir leurs significations dans des Dicos français d’expression comme d’éviter les Fautes d’orthographe courantes, ou encore comprendre les différentes Figures de style. Vous trouverez aussi sur le site de Francisation, plusieurs cours de soutien en français, dans différents sujets, qui vous aideront considérablement dans votre formation de français et ce, dans un cercle d’apprentissage complètement gratuit et facile à comprendre.

• Effectuer des exercices :

Quand bien même vous pensez avoir saisi la leçon, il sera pour vous indispensable de tester vos compétences et d’apprendre à vous corriger vous-même vous référant au cours. Par cela, vous devrez accomplir des exercices de différentes difficultés, tout en restant dans les limites des notions apprises et du temps adéquat pour la réflexion. Le but étant de ne pas travailler plus, mais travailler mieux. Ne vous épuisez donc pas à refaire le même style d’exercice encore et encore, le mieux, c’est de diversifier selon les sites ou guides en votre possession. Ne vous découragez pas si vous ne réussissez pas à tout assimiler du premier coup, les exercices sont là pour vous former et vous préparer, ainsi, le fait de commettre des erreurs ne devrait aucunement vous affecter ou juger vos aptitudes. Vous trouverez à votre disposition des exercices corrigés de FLE en ligne, sur Francisation qui vous guideront selon votre niveau, à vous améliorer.

• Lecture est mère de culture :

Un des conseils les plus importants de ce guide, cela est déjà dit par des milliers avant moi et on ne cessera jamais de le répéter, pour apprendre une langue, il faut la lire. Dès lors, je vous propose de procéder à la lecture tout en restant dans le thème que vous préférez. Il est inutile de commencer par une œuvre philosophique datant d’il y a un siècle, ou même quelque chose qui ne vous intéresse pas dans votre langue acquise. Afin d’éviter l’ennui durant la consultation, il faudra préférer au début des écrits courts et simples, qui traitent des sujets qui nous parlent et qui nous forcent à chercher plus d’informations. Si vous prenez l’habitude de lire en français, vous assurerez certainement un vocabulaire complet. Et ce, sans citer le fait que vous aurez la possibilité de vous familiariser avec le milieu français, les expressions comme les cultures et autres civilisations françaises. Ce qui facilitera amplement votre manière de comprendre les textes, de saisir les sentiments délivrés, l’état de l’auteur et sa visée communicative. Plusieurs propositions de lectures seront disponibles sur notre site, essayez d’en lire le plus possible.

• Sortez votre plume :

L’art de l’écriture est une chose infiniment merveilleuse, car en plus de vous permettre de vous améliorer nettement en langue, elle vous inculquera l’adresse écrite et vous modèlera de manière à ce que vous sachiez vous exprimer de manière correcte. En plus de ceci, elle vous formera afin d’exceller en orthographe. Quoi de mieux pour maîtriser la langue française ? Comme la lecture, il faudra commencer par des écrits courts et simples, et plus vous écrirez, plus vous pourrez avancer dans ce domaine. Rien ne presse, cependant il faudra s’y habituer régulièrement. Je vous propose de rédiger des expressions écrites sur vos thèmes favoris, parlez de vos vacances, de vos sentiments comme de tout ce qui pourrait faire naître cette envie d’écriture. Nourrissez votre plume d’idées personnelles, sachez reprendre des articles, imaginez des histoires ou simplement, trouvez-vous des correspondants français et écrivez-leur !

• Parlez ET écoutez :

L’oral a une importance majeure dans la langue française, cela vous conduira à une meilleure compréhension phonétique et fera travailler votre expression. Ainsi, il sera indubitablement essentiel de prendre l’habitude de parler français, et d’écouter quelqu’un parler français. Vous pourrez y arriver en regardant des films en langue française, des séries comme vous pouvez écouter des livres audio ou parler à quelqu’un qui maîtrise la langue. Si vous prenez cette habitude, vous aurez les compétences nécessaires afin de réussir à parler de manière juste et correcte. Le mieux, c’est d’en faire quelque chose de quotidien et d’habituel, mais surtout de ne pas commencer par des choses difficiles, comme dit précédemment, il vaudra mieux débuter par des bases et s’ouvrir à des choix plus compliqués au fil de l’apprentissage. Dès lors, grâce à nos cours sur audio et vidéos sur francisation, vous pourrez mémoriser les mots et leurs prononciations tout en apprenant votre leçon. Mais aussi, voir quelqu’un parler français vous sera tout aussi bénéfique. La mobilisation de la langue, des lèvres et de la gorge varie en fonction de la langue que l’on parle. La prononciation a des implications aussi bien physiques que mentales : « Une bonne manière de travailler sa prononciation – aussi bizarre que cela puisse paraître – est d’observer avec attention quelqu’un qui prononce un mot comprenant le son en question, et ensuite essayer d’imiter ce son. Ce n’est peut-être pas évident au départ, mais vous finirez bien par y parvenir ! Ce n’est qu’une question d’entraînement. ».
Aussi, pour s’entraîner il va falloir se mettre à parler la langue le plus souvent possible. Remplacez toutes vos langues habituelles par le français, et mettez-vous à l’aise et détendez-vous durant vos dires. Il ne faut pas se presser ni avoir un complexe vis-à-vis des fautes prononcés. Vos interlocuteurs ne seront pas agacés si vous faites des fautes lorsque vous vous adressez à eux dans leur langue. Si vous commencez à parler la langue en expliquant clairement que l’on est en train d’apprendre cette dernière, que l’on est assez débutants et que l’on aimerait pratiquer de plus en plus, la plupart des gens réagissent avec patience, se montrent encourageants et même heureux d’aider. Ils pourront vous parler à leur tour, et certains pourraient devenir vos partenaires d’apprentissage. Même si environ un milliard de personnes dans le monde ont appris l’anglais, la plupart préfèrent parler leur langue maternelle lorsqu’ils ont le choix. Si vous prenez l’initiative de parler dans la langue de votre interlocuteur, vous pouvez le mettre à l’aise, en plus de vous rendre sympathique à ses yeux. Et ceci vous permettra aussi de quitter votre zone de confort et d’apprendre à vous ouvrir aux étrangers, lors d’un voyage par exemple.

• Ayez des priorités :

Il est peut-être possible de comprendre 90 % d’une langue en 3 mois, mais comprendre 95 % peut prendre 3 ans. Eh oui, la perfection se paye très cher en termes d’effort. Il faut savoir commencer par ce qui est prioritaire, et continuer de manière tout aussi optimale et ne pas fléchir. Ainsi, le mieux serait d’apprendre le vocabulaire par fréquence d’utilisation. Il y a certains mots qui sont plus utilisés que d’autre, par exemple il est plus habituel de dire « Manger » que « Déguster » ou alors on utilise plus un langage courant qu’on utilise un langage soutenu en général. Il faudra commencer par ce langage et ce dernier vous permettra d’acquérir une bonne partie de la langue, vous saurez vous exprimer et vous faire comprendre par autrui et ce sera déjà une très bonne base. Après, vous pourrez penser à chercher plus loin, et à diversifier votre langage afin d’être en mesure de saisir toutes vos lectures ou tous vos entretiens en général. Vous pourrez spécifier un thème précis du vocabulaire dont vous aurez besoin à l’avenir, par exemple, si l’on veut apprendre le français pour faire des voyages d’affaires, il vaut mieux se concentrer sur le vocabulaire relatif au voyage (transport, logement, restauration…) et au business (négociation, réunion, présentation…). De plus, de même que pour le vocabulaire, il sera nécessaire d’apprendre la grammaire « basique » d’abord, et notamment de connaître la conjugaison des verbes au présent (Qui vous aidera bien plus dans la vraie vie que le passé simple par exemple.) puis de chercher ailleurs au fil des cours. Si vous comprenez et mémorisez du langage correct, vous parlerez naturellement un langage correct. Les livres de grammaire ont leur utilité pour savoir ce qui existe dans votre nouvelle langue, comme un menu au restaurant. Ce sera très utile si vous apprenez une langue très différente comme le français tout simplement parce que la logique de ces langues n’est souvent pas la même (les mots changent de place, se déclinent, etc.). Nos cours de grammaire vous permettront alors d’avoir conscience des différences qui existent dans cette langue. Ceci étant dit, le mieux serait de les consulter le plus régulièrement possible! Il faut donner la priorité à votre formation de français. N’ayez donc pas peur de la grammaire. Celle-ci prend soin d’elle-même comme vous pratiquez la langue en répétant ce que vous avez entendu des natifs dire.

Apprendre le français : Comment ça marche ?

Somme toute, pour apprendre le français il suffit de suivre notre site francisation, d’y rester à jour en cours et en exercices gratuits, de s’abonner à la chaîne YouTube pour les vidéos de FLE disponibles et de persévérer de manière concrète dans ce domaine. Il faudra s’armer de patience, lire beaucoup de livres en langue française de grands écrivains français (Victor Hugo, Voltaire, Guy de Maupassant…) Ainsi que réviser sa conjugaison, les accords, les différents langages, l’orthographe en général comme d’autres sujets spécifiques. Il faudra aussi s’exercer, tout aussi régulièrement et parler la langue française le plus souvent possible. N’oubliez pas de vous détendre et de vous permettre de faire des fautes au début, le tout vous viendra bien assez vite. Mais surtout, il faudra faire ressortir votre motivation pour vous booster. Les chercheurs tendent aujourd’hui à être d’accord qu’apprendre une langue – que ce soit la langue maternelle ou une langue étrangère – c’est une démarche active et motivée de la part de l’apprenant. A l’origine de cette démarche, il y a toujours un besoin ou une motivation : le désir d’exister dans l’interaction, d’être reconnu par l’autre, le souhait de comprendre les messages qu’on nous adresse, l’envie de nous exprimer nous-mêmes, etc. Tout ce que l’on fait dans une classe peut être utile, si cette motivation existe. C’est pourquoi il est toujours essentiel de s’assurer que les activités que l’on propose ont un aspect motivant pour les élèves, qu’elles correspondent à un besoin, qu’elles sont génératrices de plaisir. Vous découvrirez par cela comment la langue fonctionne, Le processus d’apprentissage suit une logique interne qu’on ne peut influencer de l’extérieur que de manière limitée. Vous, plutôt que d’imiter un modèle, vous vous appropriez le système selon lequel la langue fonctionne. Votre esprit ne se contente donc pas d’emmagasiner ce qu’il entend, mais il utilise les apports extérieurs pour formuler des hypothèses personnelles concernant la structure de la langue. Ces hypothèses, il les vérifie ensuite, en produisant lui-même des énoncés correspondant à la structure sous-jacente qu’il croit avoir découverte. Les réactions de l’entourage servent de test. Si le message est compris, il peut en conclure qu’il l’avait structuré convenablement. Si par contre on ne le comprend pas, cela est un indice que la structure du message ne correspondait pas à l’usage. Vous ferez alors de nouvelles tentatives pour dégager la structure nécessaire pour formuler de façon compréhensible ce qu’il souhaite communiquer. De cette façon, vous vous construisez petit à petit une sorte de mode d’emploi personnel de la langue. Il s’agit d’un système linguistique sommaire qui évolue continuellement : dans la mesure où vous percevez des différences entre son système et la langue environnante, vous le réadaptez. Car votre but est évidemment la maîtrise de cette langue. Votre propre système linguistique n’est qu’un moyen pour y parvenir. Encouragez-vous et continuez coûte que coûte ! Francisation vous souhaite un bon courage.

[ad123]

Présent OU Subjonctif présent ?

prensent-ou-subjontif-present
Il est déjà certain que le présent de l’indicatif a pour utilité le fait de relater des faits réels, prouvant ainsi que ces derniers sont dénués de tout doute à leurs sujets. Tandis que le subjonctif présent, est un temps qui permet de décrire une action comme incertaine, sujette au doute et pouvant ou non se réaliser.

Exemples :
Il est possible qu’il ait une urgence. (Ici, une supposition est exprimée, ainsi l’action est incertaine. On utilise dès lors, le subjonctif présent.)
Il a une urgence. (Ici, une certitude est exprimée, l’action est réelle et ainsi, on utilise le présent de l’indicatif.)

Le subjonctif s’utilise dans trois cas de propositions :

[ad123]

Une proposition indépendante ou principale :
Dans ce cas précis, le subjonctif permet d’exprimer :
Le souhait : Pourvu que ses rêves se réalisent.
L’ordre : Qu’il sorte de chez moi !
L’indignation : Impossible que je lui fasse des excuses la première.
La supposition : Soit il ne vient pas, soit il s’est perdu en route !

Une proposition subordonnée conjonctive introduite par « QUE » :
Le subjonctif est nécessaire après un verbe exprimant :
La volonté : Je ferai tout pour que je réussisse à cet examen.
Le désir : J’aimerais tant lire vos écrits !
Un regret : Je regrette qu’il soit mort ainsi.
Un sentiment : Je crains qu’il ne soit perdu, vu l’heure qu’il est.
Un conseil : Il vaut mieux qu’il aille consulter.
Un doute : Il est probable qu’il ne sache pas encore où nous sommes.
Note : Il va falloir reconnaître les verbes qui expriment ces sentiments pour s’en sortir.

Une proposition circonstancielle :
Le subjonctif s’impose après certaines conjonctions de subordination :
De condition : « à moins que, en admettant que, à condition que.. »
De temps : « avant que, jusqu’à ce que, en attendant que.. »
De but : « afin que, pour que, de peur que.. »
De concession : « bien que, quoique, encore que.. »
De cause : « non que, non pas que.. »
De conséquence : « de façon à ce que.. »
Autre cas où s’utilise le subjonctif à connaître, lorsque la principale contient les termes comme : « Le seul, l’unique, le dernier, le premier… »
Exemple : C’est l’unique cours qu’il sache par cœur.

[ad123]

Quand et comment employer le pronom relatif « DONT » ?

pronom relatif dont
Tout d’abord, pourquoi dit-on de « Dont » que c’est un pronom relatif ?
Car ce dernier relie entre plusieurs phrases, afin d’éviter la redondance ou plus communément appelée, la répétition.

Exemple : (Sans pronom relatif)
Voici la fille. Je t’ai parlé d’elle.

Exemple : (Avec pronom relatif)
Voici la fille dont je t’ai parlé.

Vous noterez qu’il est plus aisé et juste d’utiliser un pronom relatif que de ne pas le faire, mais aussi que <<DONT>> remplace un nom comme un pronom introduit par la préposition « DE ».

Exemples :
Ce sont ses compétences dont je voulais te faire part. (« DONT » remplace « Ses compétences » ; Je veux te faire part de ses compétences.)
C’est l’élève dont je suis fier. (« DONT » remplace « L’élève » ; Je suis fier de l’élève.)

[ad123]

IMPORTANT : Il faut savoir différencier «DONT » de l’autre pronom relatif « QUE » qui lui aussi relie entre les phrases ! Pour savoir s’il faut utiliser « DONT » et non « QUE » il faut analyser la locution verbale et déduire si cette dernière se construit avec un « DE » ou pas. Comme ceci :
« C’est une chose… tu dois avoir conscience. »
Dois-je utiliser « DONT » ou « QUE » dans ce cas ? Analysons le verbe :
« Avoir conscience » Peut-on rajouter un « DE » ? Oui ! « Avoir conscience DE quelque chose.. » Ainsi, je sais qu’il faut dire :
« C’est une chose DONT tu dois avoir conscience. »
Et non pas :
« C’est une chose QUE tu dois avoir conscience. » x

Note : Il va falloir s’exercer à reconnaître les verbes qui nécessitent la préposition « DE » pour s’en sortir.

Autres utilisations du pronom relatif « DONT » :

Exprimer la manière d’effectuer une action.

Exemples : J’aime la façon dont tu racontes tes histoires ! (La manière de raconter)
J’apprécie beaucoup la manière dont tu exhibes ta plume au public. (La manière d’exhiber.).

« DONT » peut aussi remplacer un nom complément d’un nom de nombre.

Exemple : Il y avait six groupes, dont trois n’étaient composés que de filles.
Il y avait cinq pommes, dont deux étaient pourries.

[ad123]