Présent OU Subjonctif présent ?

prensent-ou-subjontif-present
Il est déjà certain que le présent de l’indicatif a pour utilité le fait de relater des faits réels, prouvant ainsi que ces derniers sont dénués de tout doute à leurs sujets. Tandis que le subjonctif présent, est un temps qui permet de décrire une action comme incertaine, sujette au doute et pouvant ou non se réaliser.

Exemples :
Il est possible qu’il ait une urgence. (Ici, une supposition est exprimée, ainsi l’action est incertaine. On utilise dès lors, le subjonctif présent.)
Il a une urgence. (Ici, une certitude est exprimée, l’action est réelle et ainsi, on utilise le présent de l’indicatif.)

Le subjonctif s’utilise dans trois cas de propositions :

[ad123]

Une proposition indépendante ou principale :
Dans ce cas précis, le subjonctif permet d’exprimer :
Le souhait : Pourvu que ses rêves se réalisent.
L’ordre : Qu’il sorte de chez moi !
L’indignation : Impossible que je lui fasse des excuses la première.
La supposition : Soit il ne vient pas, soit il s’est perdu en route !

Une proposition subordonnée conjonctive introduite par « QUE » :
Le subjonctif est nécessaire après un verbe exprimant :
La volonté : Je ferai tout pour que je réussisse à cet examen.
Le désir : J’aimerais tant lire vos écrits !
Un regret : Je regrette qu’il soit mort ainsi.
Un sentiment : Je crains qu’il ne soit perdu, vu l’heure qu’il est.
Un conseil : Il vaut mieux qu’il aille consulter.
Un doute : Il est probable qu’il ne sache pas encore où nous sommes.
Note : Il va falloir reconnaître les verbes qui expriment ces sentiments pour s’en sortir.

Une proposition circonstancielle :
Le subjonctif s’impose après certaines conjonctions de subordination :
De condition : « à moins que, en admettant que, à condition que.. »
De temps : « avant que, jusqu’à ce que, en attendant que.. »
De but : « afin que, pour que, de peur que.. »
De concession : « bien que, quoique, encore que.. »
De cause : « non que, non pas que.. »
De conséquence : « de façon à ce que.. »
Autre cas où s’utilise le subjonctif à connaître, lorsque la principale contient les termes comme : « Le seul, l’unique, le dernier, le premier… »
Exemple : C’est l’unique cours qu’il sache par cœur.

[ad123]